Suivez nous sur Twitter Suivez nous sur LinkedIn Suivez nous sur Instagram
Construction (Quotidien)
Equipements (Hebdomadaire)

Construction News

Dim. Septembre 23 2018

Related Information

Actualités » International » Suez se positionne afin de contribuer à la lutte contre le dérèglement climatique » publiés 15 juin 2018

Suez se positionne afin de contribuer à la lutte contre le dérèglement climatique

Mieux traiter les déchets dans les pays émergents : une vraie contribution à la lutte contre le dérèglement climatique

 

 

Contenir l’augmentation des températures moyennes de notre planète à 2 °C d’ici la fin du siècle est une nécessité aujourd’hui partagée par le plus grand nombre. Le réchauffement climatique provoque de multiples impacts aujourd’hui reconnus sur l’eau, la biodiversité ou encore la santé. Principal responsable : les émissions de gaz à effet de serre. C’est pourquoi, la fixation d’objectifs de réduction des GES s’est révélée être une priorité lors de la COP21 avec, pour finalité, la ratification du premier accord universel sur le climat.

 

Adopté par 127 parties sur les 197 présentes au Bourget, représentant près de 80 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, l’Accord de Paris est entré en vigueur le 4 novembre 2016. Les États se sont ainsi engagés à réduire de manière significative leurs émissions de GES : de 40 % d’ici 2030 et de 80 à 95 % en 2050 par rapport à 1990 pour l’Union Européenne, de 42 % d'ici 2030 pour le Maroc. La Chine, deuxième économie mondiale, s’est quant à elle engagée à atteindre le pic de ses émissions de gaz à effet de serre en 2030 et à réduire la part de ses énergies fossiles dans son mix énergétique.

 

 

Un engagement ambitieux pour les pays émergents mais réalisable

 

Cet accord représente un véritable défi, tout particulièrement pour les pays émergents et en voie de développement dont 80 % des déchets collectés sont éliminés dans des décharges à ciel ouvert ou des sites d’enfouissement non conformes aux réglementations.

 

La conséquence ? Une telle gestion des déchets présente des risques graves pour la santé et l’environnement et contribue à une augmentation incontrôlée des émissions de gaz à effet de serre. Or, d’ici 2025, la production mondiale de déchets devrait doubler face à l’urbanisation et la forte croissance démographique et plus de 70 % des déchets mondiaux seront générés par les pays émergents.

 

Selon l'Association Internationale des Déchets Solides (ISWA), les activités de gestion des déchets dans les pays émergents représentent aujourd’hui 5 % des émissions de GES, et ce chiffre devrait atteindre jusqu’à 8-10 % des émissions globales en 2025. D’autre part, les dépotoirs sauvages menacent la santé et la qualité de vie de près de 4 milliards de personnes dans le monde. Combustion incontrôlée d’ordures ménagères, de déchets électroniques, ruissellement de lixiviats… sont autant de sources de pollutions de l’air, des sols et des nappes phréatiques ayant un impact fort sur l’environnement et la santé des populations vivant pour certains, dans des villes situées à seulement quelques kilomètres d’une décharge sauvage. Il est donc urgent d’agir pour résoudre le problème du traitement des déchets dans les pays émergents.

 

Des technologies innovantes comme le captage et la valorisation du biogaz via des micro-turbines, le traitement performant des lixiviats… existent et ont été déployées dans les marchés matures depuis une vingtaine d’années. Elles sont autant de solutions éprouvées pouvant être adaptées aux pays émergents afin de passer d’une logique d’enfouissement à une logique de valorisation des déchets et les accompagner dans l’atteinte de leurs objectifs de réduction de GES.

La valorisation des déchets : une solution en faveur du climat et des hommes

 

À titre d’exemple, le Liban a réhabilité en 2013, la montagne de déchets d’un volume d’1,5 million de mètres cubes qui culminait sur la façade maritime de la ville de Saïda. De son côté, le Maroc a mis en place un centre novateur d’élimination et de valorisation des déchets depuis septembre 2016 dans la ville de Meknès. D’une superficie de 52 ha, ce centre offre des innovations majeures : un centre de tri composé d’une plateforme logistique et d’un hangar de tri, une unité de valorisation biologique permettant de produire du compost à partir des déchets verts et de certains types de déchets organiques et une installation de captation et de valorisation énergétique du biogaz.

 

Le résultat ? Les matériaux triés et en partie recyclés évitent la production de matière vierge, le compost se substitue aux engrais minéraux et le captage du biométhane permet de réduire les émissions de CO2 du centre de stockage à hauteur de 100 000 tonnes par an.

 

Le Maroc avance ainsi dans sa transition économique, environnementale mais aussi sociale. Car au-delà de l’innovation technique, cette solution prévoyait également l’intégration des trieurs dits « informels » qui travaillaient jusque-là au cœur de cette décharge sauvage et mettaient ainsi en danger leur santé. Regroupés au sein d’une coopérative, ces 150 personnes travaillent désormais en équipe et en toute sécurité.

 

Alors que les gouvernements revoient, au moment de la COP23, leur feuille de route établie lors de la COP21, l’occasion est donnée de placer le traitement et la valorisation des déchets au cœur des débats et d’orienter une partie des financements internationaux en ce sens.

 

Déployable en moins de 18 mois avec un coût de moins de 15 euros par tonne de CO2 évitée, le centre d’enfouissement et de valorisation de déchets représente une solution abordable et facilement réalisable, permettant aux pays émergents et en voie de développement de lancer un réel plan de transformation environnementale et de participer concrètement aux objectifs fixés.

 

 

Téléchargez gratuitement notre application iPhone / iPad des actualités de construction. Inscrivez-vous à notreFREEnewsletter ou inscrivez-vous à notreflux RSS pour une mise à jour régulière des dernières Actualités de Construction, Actualités des Equipements & Actualités des Contrats. The Construction Index procure aussi les dernières Tendances de Construction, Données du Marché de Construction.

cet article a été publié le 15 juin 2018 (Dernière mise à jour le 14 juin 2018).

Plus de Chaînes d’Actualités